Nos services pour les personnes
ayant subi un TCC

Activités de loisirs

Les activités de loisirs ont un rôle important à jouer dans le quotidien de chaque individu. Elles permettent de libérer notre esprit du stress quotidien, elles favorisent les rencontres sociales, rendent heureux, permettent des apprentissages variés, donnent confiance, etc. Il n’en est pas différent pour les personnes ayant subi un traumatisme craniocérébral. Cependant, suite à un TCC et aux séquelles qui en résultent, plusieurs obstacles se dressent rendant la pratique de loisirs plus difficile pour ces personnes.

Lorsqu’une personne intègre un groupe, il est important qu’elle se sente acceptée sans préjugés et que son rythme soit respecté. C’est pour cette raison que l’AQTC élabore, par l’entremise d’un comité de loisirs formé de six personnes ayant subi un TCC et d’un intervenant, une programmation d’activités de loisirs variées, de façon à correspondre aux intérêts, aux capacités et aux besoins du plus grand nombre. Il est important de spécifier que ces activités de loisirs se déroulent la plupart du temps dans la communauté, afin de favoriser davantage l’intégration sociale.

À travers ces activités, les participants se retrouvent entre pairs, ce qui leur permet de créer des amitiés et de partager des intérêts communs avec des gens ayant un parcours similaire au leur, tout en découvrant de nouveaux lieux et en faisant de nombreux apprentissages. L’Association favorise ainsi l’implication de chacun ainsi que le développement de l’estime de soi et des habiletés sociales, ce qui favorise par le fait-même l’intégration dans d’autres milieux, le but premier de l’AQTC.

Exemples :

  • Visite de musée
  • Rencontres sociales dans un café
  • Quilles
  • Sorties lors de festivals ou événements culturels
  • Randonnée pédestre
  • Activités sportives

Ateliers

Les objectifs visés par les différents ateliers sont similaires aux activités, c’est-à-dire qu’ils permettent entre autres le développement de l’autonomie, de diverses habiletés et de la confiance en soi. Les ateliers prennent souvent forme suite aux idées amenées par les membres de l’AQTC. Ce sont des ateliers concrets avec des objectifs de réalisation bien précis et adaptés aux participants. Les gens qui s’inscrivent à ces ateliers le font avant tout pour les apprentissages et pour les opportunités de développement personnel qu’ils procurent. Il ne faut pas négliger l’aspect social, puisque tous les participants partagent un intérêt commun qui peut les amener à vivre ensemble d’autres expériences qui en découleront par la suite.

On peut prendre comme exemple l’atelier d’improvisation, idée amenée par une membre de l’Association. Les exercices réalisés à travers cet atelier sont extrêmement bénéfiques, permettant de développer l’écoute, la répartie, le travail d’équipe, l’articulation, la créativité, l’humour en plus de surmonter la gêne et les préjugés. Cet atelier a même donné lieu à des matchs contre des équipes provenant de d’autres milieux et à une collaboration spéciale avec la LNI!

Les participants se valorisent, se découvrent et se développent à travers ces diverses expériences, en plus d’élargir leurs connaissances et de stimuler leur désir d’aller plus loin dans leurs démarches. Tous ces aspects ont des répercussions positives dans la vie quotidienne des personnes.

Autres exemples :

  • Création musicale : composition de 4 œuvres musicales (textes et musique)
  • Percussions : Plusieurs prestations dans des événements d’envergure en plus d’un CD
  • Théâtre : Une pièce de théâtre et plusieurs saynètes différentes présentées à plusieurs endroits
  • Curling : Participation à une compétition inter-associations annuelle dans le cadre du challenge hivernal
  • Cuisine collective : Permet aux participants de retrouver le goût de faire la cuisine à leur rythme

Bénévolat

L’Association a été fondée grâce au travail ardu de bénévoles ayant subi un traumatisme craniocérébral. Ces personnes constituent donc le cœur et le fondement de l’AQTC. L’implication des personnes ayant subi un TCC demeure d’importance capitale, car elle permet de favoriser leur participation sociale et de profiter de leurs forces. En effet, chaque être humain, qu’il ait ou non des limitations fonctionnelles, a quelque chose à apporter à la société par sa personnalité propre, ses connaissances et ses talents.

Les bénévoles, par leur participation active, leur disponibilité et la richesse de leur expérience, travaillent de concert avec le personnel de l’AQTC à plusieurs niveaux :

  • Organisation et animation d’activités et d’ateliers;
  • Communication (journal, etc.), information et sensibilisation;
  • Administration
  • Etc.

Les projets vont en se multipliant, et même si l’AQTC est toujours heureuse d’offrir des postes à ses membres au sein de l’Association, elle juge également important de favoriser le bénévolat dans la communauté. Avec le soutien des intervenants de l’AQTC ou d’un centre d’action bénévole, il est possible pour une personne ayant subi un TCC de réaliser du bénévolat à l’extérieur de l’Association. Cette expérience devient clairement un levier de valorisation et d’accomplissement, qui permet de maintenir et d’élargir les acquis de tout ordre, de la socialisation à l’organisation, en passant par l’autonomie et l’estime de soi.

Milieu de vie

Le milieu de vie accueille durant un certain nombre d’heures, les membres de l’AQTC vivant en situation d’isolement. Des activités de socialisation et de mobilisation seront données permettant par le fait même d’offrir du répit aux proches aidants.

Rencontres individuelles

Elles peuvent servir à obtenir :

  • de l’information sur le TCC et ses conséquences;
  • de l’aide pour surmonter une difficulté particulière (au plan psychologique, dans les relations interpersonnelles et les habiletés sociales, etc.);
  • un accompagnement dans le processus de deuil et de résilience;
  • des stratégies pour mieux gérer et s’adapter aux séquelles laissées par l’accident (gestion du temps, des RDV, etc.);
  • du soutien dans diverses démarches (de reconnaisse des droits, d’obtention de services, etc.);
  • un accompagnement à certains rendez-vous dans la communauté;
  • de l’encadrement dans l’exploration des intérêts et potentiels et/ou dans la réalisation d’un projet;
  • des références vers des ressources extérieures ou une liaison entre les diverses ressources impliquées;
  • etc.

Ces rencontres peuvent aussi tout simplement permettre de trouver une oreille attentive qui écoute sans jugement. Elles sont offertes sur une base volontaire. La nature du suivi est déterminée en fonction du type de demande, le tout selon le rythme, le contexte et les besoins de la personne concernée.

Conférences

Des conférences sur des sujets variés sont offertes afin de donner de l’information, de susciter la réflexion, d’outiller les membres en ce qui a trait à des problématiques reliées directement ou indirectement au traumatisme craniocérébral.

Exemples de conférences :

  • Le sommeil, parlons-en, il est si précieux, par Véronique Girodias, neuropsychologue
  • Comment rester maître de ses émotions, par Chantal Bigeault, psychoéducatrice
  • Comment avoir les meilleures relations interpersonnelles possibles ? Déployer ses habiletés sociales... , par Marie-France Marchand et Éric Beausaigle, psychoéducateurs
  • Rencontre avec une avocate spécialisée auprès des accidentés, par Me Annie Tardif (Il est à noter que cette conférence était aussi ouverte aux proches)
  • Planification financière globale, afin de faire connaitre les diverses options d’épargne et de placements pour nos vieux jours et pour les imprévus, par Ariane Laroche-Dupont
  • etc.

Ateliers psychosociaux

Les ateliers psychosociaux ont évidemment des objectifs variés, et chacun d’entre eux a une durée prédéterminée, variant de 4 à 12 semaines. De façon générale, ils ont pour but de supporter et d’outiller la personne quant aux pertes associées au traumatisme craniocérébral, et ce de par des informations variées, le partage des difficultés en groupe, le processus de résolution de problèmes, l’apprentissage de stratégies compensatoires ou d’adaptation, l’utilisation de nouveaux moyens d’expression, etc., le tout dans la solidarité et le respect.

Ils visent évidemment à assurer une généralisation ou un transfert des acquis dans le quotidien de la personne, de façon à ce qu’elle soit de plus en plus autonome. Ils permettent également de briser l’isolement du participant qui quitte généralement l’atelier avec le sentiment qu’il n’est pas le seul à vivre une situation difficile.

Ils sont aussi élaborés pour favoriser chez la personne le développement de l’autocontrôle, de l’introspection, de l’empathie et de l’estime de soi. Ainsi, les ateliers sont créés dans la perspective de redonner du pouvoir à la personne sur sa vie et d’éviter une certaine dépendance à nos services. Nous travaillons toujours dans l’optique d’être un tremplin vers la communauté !

Exemples d’ateliers psychosociaux :

  • Des trucs pour ma mémoire
  • Gestion des émotions
  • Zoothérapie

Maintien à la vie sociale

L’AQTC a mis en place un nouveau projet afin de favoriser le maintien des personnes dans leur milieu de vie. Ce projet prend place avec la collaboration des intervenantes à l’intégration sociale .Il permettra de dégager les proches aidants par une offre de service adapté aux besoins quotidiens de la personne TCC, tout en incluant les personnes TCC vivant seules avec une situation plus précaire.

Plus concrètement, les membres de l’AQTC voulant bénéficier de ce service peuvent profiter du soutien des intervenantes pour les guider dans les démarches qui favorisent leur autonomie. Le but étant de maintenir le plus longtemps possible la personne dans son lieu de résidence en mettant en place les services nécessaires qui garantiront le bien-être et la sécurité de celle-ci.

Groupe de discussion pour les TCC en emploi

Depuis l’automne 2019, un groupe de discussion pour les gens actifs sur le marché du travail ayant eu un traumatisme crânien (TCC) se rencontre aux 2 mois.

À la suite d’un accident, le chemin vers la guérison comporte plusieurs étapes et après la réadaptation il y a moins de support. Pourtant près de 30% des TCC modérés à grave font partie population active sur le marché du travail ce qui comporte des défis aux quotidiens. C’est pourquoi un groupe de discussion sur base volontaire et confidentielle a été mis sur pied. L’objectif est de partager leur réalité au travail et dans la vie quotidienne. C’est aussi une occasion d’échanger les trucs et les outils développer par chacun pour s’adapter à son milieu de travail.

Pour plus d’information, contactez Geneviève Bibeau à genevieve.bibeau@aqtc.ca.